Pèlerinage des pères de famille à Cotignac 2018

Jeudi 28 juin, le groupe des hommes de la Paroisse se mettait en marche pour le traditionnel Pélerinage de Cotignac. Qu’est-ce qu’un pèlerin ? Qu’est-ce qui pousse depuis des millénaires les croyants à prendre la route en prière pour converger vers un lieu sacré ? Le pèlerin est celui qui se met en route, quitte son confort et ses habitudes pour un temps de réflexion, de dépouillement et de prière. Lentement, au rythme des pas, des conversations, des temps de silence et des formules maintes fois répétées, le pèlerin renforce sa Foi et sa vie intérieure. Il peut alors faire le point et réfléchir sur un certain nombre de sujets, en l’occurrence son rôle de père et d’époux, et prier la Sainte Famille pour toutes les intentions confiées. Sous la férule spirituelle de D. Martin, et guidé par le bâton temporel de René, ces trois jours intenses ont été un fort moment de partage et nous ont permis de faire une pause dans notre quotidien matérialiste pour mieux se ressourcer et mieux affermir notre Foi.

La première nuit à la belle étoile, dans un champ d’oliviers sur le domaine du Font du Broc a permis d’abord au groupe de faire connaissance. La grande diversité des métiers, des situations familiales, et même des pratiques religieuses a d’emblée révélé une grande richesse humaine, gage de la réussite de ces trois jours de partage. Le vendredi matin, après la messe célébrée par D. Martin dans la chapelle Sainte Roseline, débute la première journée de marche. 25 km de sentiers et de chemins dans les paysages magnifiques de l’arrière pays varois sont propices à l’échange et à la prière. Arrivés au terme de cette étape, nous découvrons le domaine Saint-Louis sur la commune de Lorgues où le bivouac est rapidement monté et le repas préparé grâce à Christophe, le préposé à la logistique. Avant le diner, D. Martin se livre à une remarquable exégèse sur le thème de la paternité et sur l’exemplarité de Saint-Joseph.

Samedi, réveil matinal, la journée va être longue car plus de 30 kilomètres sont à parcourir avant l’arrivée au sanctuaire de Notre-Dame de Grâces. Les kilomètres et les chapelets s’enchainent jusqu’au repas de midi, pris au bord d’une onde fraiche. Quelques courbatures dans les démarches et des ampoules aux pieds sont le signe que le pèlerin est presque à maturité pour une nuit de prière.

Les derniers dix kilomètres sont les plus difficiles en raison de la forte chaleur. Pourtant, la montée finale jusqu’au sanctuaire se fait tout de même au pas cadencé, en répétant le chant pour l’entrée dans l’église. La perspective d’arriver et le mirage d’une bière bien fraiche redonne du coeur à tous dans la dernière ligne droite. Hélas, le supplice de la tentation ne nous sera pas épargné, car la pompe à bière est en panne. Après quelques instants de remise en condition, nous entrons à notre tour dans l’église de Cotignac, derrière les nombreux autres groupes de Pélerins, pour prier et déposer notre nouvelle bannière. C’est la fin de voyage. Le soir, la messe grandiose devant plus de 1.500 fidèles est célébrée par notre évêque, Mgr Rey. Après le repas, un témoignage émouvant d’un père de famille viendra encore nourrir nos réflexions sur le sujet de ce pèlerinage.

Dimanche matin, après une nuit consacrée à l’Adoration, nous nous remettons en marche en procession jusqu’à Saint Joseph du Bessillon. Devant la fontaine de l’apparition, chacun confie alors ses intentions, longtemps muries le long de la route. Après le retour au sanctuaire, c’est en compagnie des familles qui nous ont rejoint que nous assistons à la messe à Notre-Dame de Grâces puis que nous partageons un pique-nique champêtre.

Ainsi se termine cette magnifique édition 2018 de Cotignac. Le groupe Saint-Joseph était nombreux cette année et cela a permis une grande variété des échanges et une vrai communion entre tous. Merci aux organisateurs. Nul doute que nous serons encore plus nombreux à faire la route l’an prochain.